Projet de baignade du Lac Daumesnil (avis Emmanuel Leguy)

iqFULyYaPWTXPlR-800x450-noPadLa mairie de Paris annonce une baignade « écologique » sur le lac Daumesnil, au cœur du bois de Vincennes, avec une plage sur l’île de Bercy. Ce lieu, peuplé d’oiseaux et  classé zone naturelle,  est  un réservoir de biodiversité, une immense bouffée d’oxygène, un lieu ouvert à tous dans la capitale et un paradis pour les promeneurs.

*************************************************************

Ceci est la position personnelle, pour l’enquête publique, que je développerai sur le registre.

Elle s’inspire de la position que j’ai toujours défendue en matière d’urbanisme, et qui se résume en peu de mots : «  une espace naturel protégé est inaliénable, sauf cas de force majeure ». Ce n’est pas ce que dit la loi, encore moins ce que pensent des élus qui font plutôt appel à l’utilité publique. Mais, si  je n’avais pas pensé cela, j’aurais abandonné ce métier.

Dès lors, ma position sur ce projet se résume facilement « je ne suis pas contre ce projet, mais contre sa localisation ».

Je suis opposé à cet aménagement  localisé abusivement sur le Lac Daumesnil, pour trois raisons:

1/ je suis contre l’implantation sur ce site au motif qu’elle est doublement  inappropriée « parce qu’elle conduit à un déclassement abusif de cette partie du lac et parce qu’elle la soustrait à l’écosystème naturel ». On pourrait ajouter qu’elle  perturbe définitivement celui-ci, ce qui serait scientifiquement plaidable dans le cadre d’une étude d’impact sincère.

Je m’interdirai toute argumentation technique sur le projet puisqu’il est pour moi non avenu.

Je m’appuierai sur l’argumentaire développé à propos  des aspects historiques, paysagers et écologiques, par la Commission des sites qui a émis un avis défavorable.

2 /  l’étude d’impact (pour peu que je puisse  y accéder) est orientée et insincère car elle omet d’étudier et d’évoquer des variantes.  L’étude de conformité de la DRIEE le mentionne, parmi d’autres arguments techniques, mineurs, qui ne sont pas dans mon propos. (1)

Je m’appuierai sur les arguments développés dans ce document.

3 / la publication de l’appel d’offres, avec ouverture des plis un mois seulement avant l’enquête publique, nuit gravement à l’éthique de la concertation et décrédibilise la démarche. Le chantier étant programmé en mai, il s’agit clairement d’un passage en force.

Suivent les mentions  légales de dépôt.

  • NDLR :

Orientée : les études d’impact le sont toujours puisque ce sont les Maîtres d’ouvrage qui les financent, mais là c’est trop flagrant.

Emmanuel Leguy, le 31 janvier 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *