Street Art : le point de vue d’un plasticien

DSC01639Sous le boulevard du Général Jean Simon

L’art qui invente, néologisme, choque. Toujours, en Occident. Rappelons-nous l’Olympia d’Édouard Manet (1865), Impressions soleil levant de Claude Monet (1872). Les « barbouilleurs » disaient les défenseurs de l’art officiel. Les artistes fauves étaient comparés à des « sauvages ». Le cubisme, contre le point de vue unique. Le dadaïsme comme  refus des valeurs de société dont le moteur est la guerre…

Le Street Art ? : « l’épuisement des possibles sociétaux, la disparition des opportunités classiques d’épanouissement » écrit Codex Urbanus (2018). Une expression de minorités délaissées, en Amérique à l’origine. Alors, ce qu’on voit sur les murs des propriétés de la Ville de Paris, c’est un travail officiel, académique. Ce n’est pas en peignant en grand à l’extérieur, et parce que les techniques industrielles le permettent aujourd’hui, que l’on pourra parler d’art.

La récupération des inventions artistiques par les pouvoirs, quels qu’ils soient, qui veulent « faire jeune », épuise le sens de l’art. Ce n’est plus de l’art. C’est devenu trop souvent un vernis pour des pouvoirs  qui ne sont plus mus par les inventions nécessaires à la vie de société.

Codex Urbanus écrit : « le street art ne peut exister qu’illégalement » dans Pourquoi l’art est dans la rue ?, Grenoble, critères éditions, 2018.

François Moulin, avril 2018

DSC01384

Sur le boulevard du Général Jean Simon

DSC01643

Rue Barrault

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *