Le point de vue d’une habitante du treizième sur le street art

Mon avis : il est dubitatif. Quel est l’intérêt de décorer un pan de mur qui a été pensé nu par un architecte compétent ? L’effet géométrique dans l’espace de ces grands pans de mur est complètement perdu ; je ne vois pas. Autant je suis favorable à des œuvres cache-misère sur des pans de mur abandonnés et disgraciés (pignons pas conçus pour être vus ou panneaux-caches de chantier), autant je suis défavorable à ces “œuvres”.  La surface qu’elles occupent les rend beaucoup plus agressives que la moindre publicité sur panneaux ou abribus. Une fois ça va ; tous les jours, bonjour les dégâts.

Par exemple, je vais assez souvent sur la placette près du métro Nationale et je suis lassée d’y voir le visage exagérément agrandi de Pinel. Il n’est pas photogénique et de plus, rien dans sa physionomie ne rappelle le rôle qu’il a pu jouer dans la vie et dans son siècle. Quant au visage de femme qui lui fait pendant : qui est ce ? que fait-elle là ? Est-elle sensée être une “aliénée” qui a bénéficié de ses soins ?

Jorge Rodriguez-Gerada – place Philippe Pinel – Paris 13

Bien qu’élevée dans l’admiration des murs dénudés des églises romanes – de mise dans les années ’40 et ’50, je ne suis pas pour l’imposer à nos contemporains ni à notre environnement. Au contraire, les photos des murs très colorés par des publicités murales au XIXème siècle me plaisent bien (voir en bas de la rue Mouffetard) et je garde un excellent souvenir des pignons parisiens de mon enfance, couverts de réclames peintes pour des produits de beauté, cirages ou autres disparus. J’aime en retrouver un au hasard, un peu effacé mais encore reconnaissable comme celui de l’avenue des Gobelins. J’y préférais toutefois les affiches ; elles présentaient l’avantage de changer souvent (Ah ! la campagne Garap, ah ! les « ronds rouges” annonçant la campagne pour Total).

Alors une fresque qui présente démesurément agrandie, une sorte d’héroïne de bande dessinée vaguement fantastique – dont on ne connaît pas l’histoire – pourquoi faire ? Un profil de chat bleu, copie exacte d’une fresque qui orne déjà une ville tunisienne (qui a copié ?), pourquoi ?

(Texte écrit en juillet 2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *